En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

Décorée, Andrée Dupont-Thiersault les a inspirés

Par admin lemans-sud, publié le mercredi 18 janvier 2017 12:17 - Mis à jour le mercredi 18 janvier 2017 12:17

Article issu de l'édition de Grand-Mans du mardi 17 janvier 2017


Andrée Dupont-Thiersault, résistante-déportée sarthoise a été décorée vendredi de la cravate de Commandeur de la Légion d’honneur. Son histoire sert de support à six élèves du lycée Sud.

« La négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi » : tel est le thème du Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD), cette année. Y participer permet de se pencher un peu plus sur l’histoire de la 2nde Guerre Mondiale. C’est le cas pour Chloé, Victor, Marion, Lucie et Yohan, en terminale littéraire au lycée Sud.

Vendredi 13 janvier, la remise de l’insigne de Commandeur de la Légion d’honneur à Andrée Dupont-Thiersault, figure de la Résistance dans le Nord-Sarthe et déportée au camp de femmes de Ravensbrück, tombait à point nommé. Elle l’a reçue à la préfecture, à 17 heures, en présence de Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, et des mains de Marie-José Chombart de Lauwe. Cette dernière, Grand-Croix de la Légion d’honneur, a été résistante et aussi déportée à Ravensbrück.


Des extraits du livre

Une occasion parfaite, pour les lycéens, de rencontrer celle qui les a inspirés pour leur projet. « Notre travail est basé sur des extraits du livre d’Andrée, « D’Assé-le-Boisne à Ravensbrück » », raconte Victor. Leur phase de recherches est tout juste finie. Place désormais à la production écrite,« encore secrète », avouent les lycéens. Mais la spécialisation média propre à leur classe de terminale pourrait être un indice…Leur blog sera également un support sur lequel ils comptent s’appuyer pour« raconter notre travail ».

Déjà, en début d’après-midi, le groupe d’élèves avait assisté à la conférence de Marie-José Chombart de Lauwe, au lycée Funay-Hélène Boucher. Pendant deux heures, la Bretonne d’origine est revenue sur son histoire : d’abord comme résistante, quand elle étudiait à Rennes, avant son arrestation, en 1942, puis la déportation en Allemagne et l’horreur des camps nazis.

Marie-José Chombart de Lauwe a su captiver son auditoire, dévoilant des moments très durs de sa vie au camp de concentration, dans des conditions inhumaines.« C’est la première fois qu’on écoute un tel témoignage », explique Marion.« On en avait seulement lu dans des livres, ou vu à la télé. Là, c’est encore plus touchant, car ça sort de la bouche de quelqu’un qui a vécu ces horreurs », ajoute Lucie, qui a, comme ses camarades, pris de nombreuses notes. Dernière ligne droite avant de rendre le projet, courant mars.


Thomas BLOND

Pièces jointes
Aucune pièce jointe